Rechercher
Formation médicale continue
Divers

Evidence-blues médecine



MG néant - derthal

En novembre 2001 on nous a remontré "la lumière". Mais il semblerait désormais "évident", aux yeux de certains, que la lumière , prenne l' aspect d'une "luciole" généraliste à "extinction géneralisée nécessaire".
Le fait que, ce matin, MG France argumente sur la légitimité du "généraliste premier recours", sous forme du "bon, loyal besogneux qui, lui , fait des gardes, a des devoirs et reçoit sans rendez-vous" nous ramène une "grotte" en arrière, mais aussi à la vérité des autres.
Celle du pacte vocationnel empêchant le généraliste d'évoluer avec son temps autrement que par la reconduction des servitudes d' antan accolée aux exigences des servitudes nouvelles.
Là, on a vraiment l'impression que les prisonniers d'al Quaeda, regroupés sur leur base de guantanamo, ayant transité yeux bandés et mains liées doivent être rappelés à l'ORDRE ( ?) pour retrouver leur lieu de captivité.
"Je suis généraliste" donc je suis dévoué à mes malades "jour et nuit". "Je suis généraliste" donc je reçois sans rendez-vous. Je m'aime comme ça, Narcisse à toute heure, jamais fané, toujours dévoué. Fleur en plastique pour les bouquets de naissance ou les céremonies de deuil.
"Je suis généraliste" donc je reproche, avec le plus grand des masochismes, à la société de me laisser soigner les dépressifs à 19 heures alors que ces dépressifs m'ont avisé de leur état une heure avant, et que je suis dans un pays où les psychiatres ont trois mois d'attente et recrutent uniquement les patients "qui leur vont bien".
"Je suis généraliste", donc je vais payer au 15 un droit de cuissage pour qu'il nous relance sur les rocades gratuites de la bobologie voiturisée.
"Je suis généraliste" donc j'accepte de marquer la pilule en dépannage pour la nénette qui veut pas vous montrer son corps mais qui vous montre votre misère à être pris pour un larbin d'interim.
"Je suis généraliste" donc je m'accole à ce prestige de faire vite et supposé ( au nom de je ne sais quelle prouesse personnelle) faire bien, ce que les autres feraient mieux de manière programmée.
"Je suis généraliste" donc les spécialistes, qui ne voulaient pas que nous soyons les gate- keepers (on ne sait jamais....), veulent bien que nous redevenions les petits portiers de nuit et, fait moderne, les joyeux "entremetteurs" pour tenter de raccourcir, si confraternellement, les délais pour ceux de nos patients nous paraissant nécessiter leur avis d'urgence. "Gate -plaideurs" en quelque sorte. Nouvel affront de nous reléguer à réclamer l'aumône d'un soin qualifié, en même temps que nous savons que les agendas des spés sont avant tout surchargés de cas de médecine générale.
"Je suis généraliste", donc je n'ai pas le temps d'avoir une pensée autonome, organisée et je m'en remets à mes deux bons syndicats qui pensent pour moi, qui négocient pour moi, et qui me prennent une petite cotisation pour me défendre en cas de litige avec le monsieur de la caisse.
"Je suis généraliste" donc je défends de tout mon panache le système solidaire, pendant que les "clients" nous tiennent au collet, en veulent pour leur argent des "menus services"que les marchands de soins leur font miroiter, et arrêtent leur solidarité à leur mutuelle 300% MG+qui bouffe sur notre peine, et que les spécialistes ont, par rapport à nous, un train d'avance sur l'"aridité" des solutions de demain.

Je suis donc "MG", de France et pas d'ailleurs, MG néanderthal, MG faux géant qui détale, MG néant végetal, MG petit nain à l'étal , MG "fait" néant sacerdotal, je suis tout ça . Ah, oui, et j'allais oublier, je suis "médecin de famille", aussi. Je suis celui qui reçoit, certes "sans rendez-vous", et celui à qui l'on dit, de tous cotés: "rendez-vous", à l'évidence, à la nécessité, à la passivité. Mais avant tout "rendez-vous"!



Dr Bruno Lopez - Fonsorbes


Derniére mise à jour : 04/07/02

Précédent Sommaire Accueil