Rechercher
Formation médicale continue
Divers

Evidence-blues médecine



Prescrire en D. O. C. I . (lité)

Sept mois de grève et maintenant, en "urgence", une minute de silence pour la mémoire du "soldé" inconnu : l'USAGER du système de soin. L'affreux, celui qui nous "fait vivre", celui qui nous rappelle à nos devoirs comme à nos servitudes. Celui qui a transformé les médecins de garde en "médecins ouverts le dimanche" et nous a fait passer de nos dures astreintes à nos pires contraintes.

La médecine est -elle, en fait, syndicable ? Les différents contrats d'"association", qu'au quotidien nous délivrons, ont-ils à voir avec une quelconque codification ou plutôt de "subtiles arrangements" dans un monde qui n'en connaît plus.

Les chefs d'état, leurs épouses, ou leurs premiers ministres font-ils pour leur personne un "bon usage" du soin? Un jour je reçus un très beau compliment. Je repense à Pierre Beregovoy attendant sa rencontre ( manquée) d'avec un psy du Val de Grâce....Une de mes patientes, arqueboutée ce jour là sur sa misère de cent quinze problèmes et moi sur ma problématique de cent quinze francs me dit tout bas: "si Pierre Bergovoy était allé parler à son généraliste"....

A mi-chemin de ma carrière semée de pierres, je crois que j'aurai du mal à trouver un jour meilleur compliment, et tant pis pour ceux qui, dans ma propre famille, trouvent à mes contentements le goût de l'utopie.

Nous ne travaillons plus pour la reconnaissance, fut-il un temps où la chose exista. Nous avons le plus beau métier du monde, et l'on nous empêche, ou l'on s'empêche de le faire. Nous sommes dans un monde où les valeurs trébuchent, où les "espèces" sonnent. Nous aspirons à devenir, et c'est le sens des choses, des gens comme tout le monde....

Et pourtant nous n'en serons jamais point, et c'est là tout notre fardeau, comme notre seule justification, et notre seule noblesse, à ne point lâcher. Chacun prescrit sa vie en D. O . C . I . lité. C'est le terrible compromis que l'on doît accomplir avec le gouvernement de soi-même ou envers celui par les autres.

Certains, par lassitude ou désillusion, font de la D.O.C.I. le générique de leur propre abandon. Je crois qu'il ne faut pas, sinon toujours chercher le point de juste équilibre entre la vocation, classique à compatir, et celle, désormais quotidienne à pâtir comme des cons....



Dr Bruno Lopez - Fonsorbes


Derniére mise à jour : 28/06/02

Précédent Sommaire Accueil