Rechercher
Formation médicale continue
Divers

Evidence-blues médecine



La médecine à deux voltages.

L'étude est implacable. Dans le Massachussets.
Envoyez de terribles décharges électriques à votre malade. Prémediquez- le de dragées à deux dollars et cinquante cents. Il vous louera. Proposez-lui quelque pilule à dix cents, promotionnelles. Il vous poindra, en criant sa douleur. 85% des survoltés seront soulagés par les pilules chères. Uniquement 61% des soulagés ( à moindre coût ) le seront, réellement.
L'étude du M.I.T résume nos vies. Nous ne pouvons gagner. Nous sommes tentés de soulager si vite, si bien, et à si faible coût que nos chances sont faibles vis à vis de l'inaccessible rêve.
Et lorsque le rêve inaccessible nous laisse plusieurs chances, de par nos sauts de puces, à résoudre le mal, nous serons doublement villipendés, pour notre mesquinerie.
J'avais tenté de changer les rideaux de mon bureau, de fournir les meilleurs ordinateurs, et le plus beau sourire pour étoffer mes vingt- deux euros.
J'étais une atypie, un effort louable. Mais point une denrée désirable. Certes depuis les pilules à zéro dollars dix cents sont, elles aussi, moins accessibles. Il n'empêche. Leur coût comparatif est faible, si faible. Je sais la haine, et la terrible violence contenue dans la médecine à deux vitesses. Celles qui se déclinent chez nous, à nous confier que les "autres" sont si chers, si loins, si désirés.
Mais cette médecine à deux voltages est une pire blessure, à notre amour propre, à notre dévouement. Et si demain nous devenions plus chers ? Quelle terrible, quelle insolente et hasardeuse mise en confrontation des éloquences...
Mais rassurons les magiciens. L'irrationnel est la pilule du lendemain, aussi.

Dr Bruno Lopez - Hérault


Derniére mise à jour : 07/03/08

Précédent Sommaire Accueil