Rechercher
Formation médicale continue
Divers

Evidence-blues médecine



"Qu'allumés de la paie"

Au "Coué" des Orfèvres, les commissaires divisionnaires Chassang et Costes ont fumé, dit-on, le calumet de la paix avec monsieur le préfet de police Jean Marie Spaeth. C'est du moins la rumeur qui circulait ces temps derniers.....
Sept mois de lutte interne, compromis chargés de sanctions, compromissions chargées de semis, tout le monde semblait y retrouver son compte.
La fumée blanche sortit du petit matin : "nous avons une convention".....
Ce à quoi le préfet ne manqua d'ajouter, c'est plus fort que lui : "oui, mais, ils auront des contraventions".

A la sortie, le "tiers -payant" ( dénomination commune internationale pour "assuré social" ou "cotisant") n'eut que le plaisir de voir tout le monde satisfait, y compris, comme cela lui fut bien expliqué, lui-même.... Les médecins allaient se payer sur leur inconstance, leur bien connue légereté ordonnancielle. Ce qui, entre parenthèses, représenta une première de négociations : les gendarmes, les instituteurs, n'ayant pas à promettre d'user moins de sifflets ou de craie pour obtenir une augmentation, ni les cheminots de faire moins crisser les essieux.

Il n'empêche. Les bons docteurs généralistes se voyaient revalorisés, le bon monsieur Spaeth se voyait reconduire dans son illégitimité, et l'assuré n'aurait pas plus à payer.... L'effort de tous n'aboutirait qu'à la préservation de chacun. Notre société anti-sacrificielle avait soigné sa messe, et le vingt de la victoire allait bientôt être bu.


Les qu'allumés de la paie avaient tous de bonnes raisons de fumer l'opium conventionnel. Monsieur Chassang rasssurait les "hauts caissiers de famille", adeptes du "tout à vingt, tout à trente", monsieur Costes confortait les "aux fichiers" de santé dans leur rôle de grattes-aumônes bureaucratiques isonormées, et monsieur Spaeth rééquilibrait les comptes truquées d'une sécu qui , l'année précédente, avait 15 milliards pour épauler les 35 heures et n'en trouvait pas le vingtième pour réaugmenter d'un "smic" les "smicards à 60 heures" de la profession
( car nous sommes des smicards de 60 heures, j'en ai fait le calcul au smic horaire....)

Tout allait si bien dans ce "meilleur des mondes" d'en bas, la D C I battait son plein, tandis que monsieur Spaeth fourbissait déjà les armes de la revanche contraventionnelle.... L' U M P ( union pour le meilleur et pour le pire) était scellée.....

La date du "smic de plus" (médiatiquement claironné) fut fixée au premier juillet, ces "mesquins" sans frontières préférant attendre d' augmenter les médecins le jour même ou ceux -ci, comme leurs patients, affrontent les péages autoroutiers eux aussi revalorisés, mais sans préavis. Il n'y a pas de petite économie sans grande mesquinerie, et inversement, nous dirait monsieur Spaeth.

Quand soudain,"venant de nulle part , surgit un aigle noir" monsieur Rubel, pédiatre de famille, obtint , sans coup férir, en trente six heures sept euros cinq. A ce train là, sept mois de cinquante mille "rebelles" pour quémander deux, et deux jours d'un simple Rubel, pour obtenir sept, moi , j'aurai demandé la démission de monsieur Rubel, pour incapacité majeure, car,à attendre un peu, à faire, comme nous, la grève sept mois, il aurait eu la C pédiatrique à 2000 euros......

Les généralistes, qu'ils soient "hauts caissiers de santé", "au fichier de santé" ou "coordonnés" se rendirent compte que les médecins du 0/ 24 (mois) valaient bien plus que ceux du 20:30, ceux du 50 astreinte et OMR à 42, et ceux du Calvados, tous réunis.
Le rapace nourrisson plus cher que la passe tout venant .

Le "C" entre deux chaises, les médecins des heures creuses,comme ceux de la Creuse, (et du Calvados), comprirent bien vite que ni le préfet Spaeth, ni même les "confrères" spaeth- cialistes, ne les prendrait enfin, un jour, pour des médecins à part entière. Tout juste des médecins du O/24 heures, des intermède-cins préposés à la permanence du tsoin-tsoin, du tagada des gardes, des D C I pour "larbins", corvéables et "commissions- de- conciliationnables", "contraventionnables" à merci, à chaque coin des avenants aussi insalubres que mal éclairés.

Les "qu'allumés de la paie" pourraient-ils se sortir de la torpeur de leur satisfaction bafouée ? La suite nous le dirait !


Dr Bruno Lopez - Fonsorbes


Derniére mise à jour : 23/06/02

Précédent Sommaire Accueil