Rechercher
Formation médicale continue
Divers

Evidence-blues médecine



Chasse gardée

Tout le monde m'a reçu avec grand respect, au sein du conseil municipal. Le maire a pris son portable, et a pu négocier pour moi un local adéquat avec une petite cour intérieure. Loyer modique : 420 euros le mois. Et il va m'aider à agrandir la porte pour les handicapés.
Seul un type a rugi tout le long, à se demander pourquoi il faudrait que la mairie "aide" celui qui , probablement à ses yeux, deviendrait vite un nanti du village. J'ai dit à "mon" conseiller que je ne demandais point l'aumône, mais un soutien, même symbolique.
Ensuite, cette même conscience populaire m'a demandé si j'allais répondre au téléphone la nuit, et le dimanche. Parce que " dans le temps" il allait à la chasse avec un docteur et que ce dernier, "travaillant jour et nuit", ne lui paraissait jamais stressé.
J'ai répondu deux choses à ce type . Que d'abord il avait eu beaucoup de chances, que le toubib dont il parlait ne lui ait pas décoché une balle par inadvertance, ou fatigue, et que je souhaitais de même pour tous les patients qui le réveillaient la nuit d'après la chasse, et toutes les conséquences induites, un médicament sorti nerveusement du stylo étant difficile à rattraper.
Ensuite qu'à force d'accabler les pompistes dans les petites stations services, ces derniers perdaient leur femme, puis les villages perdaient les pompistes, même polonais, ou espagnols.
Je ne sais pas encore combien je me ferai d'amis dans mon nouveau village, mais je sais déjà que mon principal ennemi y est la sottise. Elle a déjà presenté, de façon utile et constructive, son visage. Et tant pis si je ne suis pas chasseur, je m'efforcerai, déjà, de ne pas être pris pour un gibier. Je serai fermé le jeudi, et un samedi sur deux.
Chasse gardée.



Dr Bruno Lopez - Fonsorbes


Derniére mise à jour : 15/11/07

Précédent Sommaire Accueil