Rechercher
Formation médicale continue
Divers

Evidence-blues médecine



Petit traité de diversification élémentaire

La sage industrie agroalimentaire vient, juste avant le premier tour de nos élections présidentielles, d?organiser une conférence sur le thème de «comment le goût vient aux enfants» ( Bruxelles , 17 avril 2007).

Alors qu?avant-hier une de nos deux grosses légumes a franchi le stade de la digestibilité démocratique au terme d?une lente décantation des esprits, madame Issanchou, de l?INRA dijonnaise, a apporté une magnifique contribution à la résolution du mystère des « goûts et aversions », de l?amnios au mac do.

Madame Issanchou, chercheuse, donc, a expliqué que le cordon ombilical apportait déjà in utero, au futur enfant, sa ration de goûts variés, liés à ceux de la maman.
Une future mère buvant par exemple du jus de carotte fait en sorte que son bébé , une fois né, appréciera la carotte.
Une mère nourrissant l?enfant au sein lui amènera autant de saveurs et de goûts qu?elle s?en imposera à elle-même, durant et après la grossesse, alors que le lait maternisé ne fera que rendre plus difficiles, et intolérants, les allaités relégués au seul lait en poudre.

Avant de repartir à Dijon, madame Issanchou expliqua, aussi, que l?insistance à représenter à l?enfant récalcitrant le légume honni se devait d? aller jusqu?à huit tentatives, alors que la femme occidentale moyenne, semble désespérément se lasser au bout de deux simples tentatives. On peut citer ici le cas de notre ancien président corrézien qui se proposa à nous, non sans une obstination admirable, quatre fois avant d?être élu.

Un radio?trottoir impliquait deux enfants : « je ne veux pas voter pour la dame, maman dit qu?elle est folle » . Puis le second : « papa m?a dit que le monsieur allait nous filmer même si on ne fait rien de mal.

Je dédie cette réflexion à deux amis nourris au mamelon de la gauche, avec lesquels je me suis puissamment disputé, pour essayer de conduire à un rapprochement nécessaire de nos points de vue, la mère patrie nous commandant désormais de ranger nos fusils et autres allergies de contact.

Oh, je veux bien pardonner à mes deux compagnons d?avoir été nourris tout le long au sein d?Arlette, puis annoncés aux amis via un faire part acheminé par un facteur de la LCR, tandis que mes parents me concevaient sur l?air de « maréchal nous voilà »?
Nous avons tous pâti de régimes bien sélectifs.

Je propose donc ce jour, avec beaucoup de solennité, que nos futures mamans laissent traîner sur leur table de nuit le Figaro et l?Huma, et qu?à l?entrée des maisons soient affichées conjointement les effigies de Nicolas Premier, difficilement considéré comme roi des francs, et celle de Sainte Ségolène, à la foi contestée.

Qu?ensuite l?alternance des chaînes imbibe nos bébés de TF1 à Arte, via Télé Larzac libre.

Qu?enfin nous retenions, de l?histoire à raconter, ce qu?elle contient qui nous dérange, bien davantage que ce pourquoi elle nous dérange.

Ne manifestons donc pas au dernier trimestre de grossesse, ne hurlons pas de slogans trop tapageurs sur ce qui lierait le sort de nos enfants à celui de nos fort subjectifs choix républicains . Et votons à biberon secret.

Nous nous épargnerons bien des engueulades, au simple bon sens de la diversification élementaire!


Dr Bruno Lopez - Fonsorbes


Derniére mise à jour : 17/05/07

Précédent Sommaire Accueil