Rechercher
Formation médicale continue
Divers

Evidence-blues médecine



La double mort généraliste

Retour sur la lassitude généraliste. Meurtre en deux temps.

Première étape : la réforme Aubry sur les 35 heures. Camouflet sérieux pour la population des soignants du "peuple", que de voir la loi protéger les patients de la nocivité du trop d'heures, tout en négligeant totalement le fait que le seul moyen des Mg pour maintenir leur niveau de vie est de s'éreinter à la tâche. En d'autres lieux, cela s'appelle de la provocation. Première coupure avec le peuple. Une ambulance nommée réferente vient proposer un peu d'oxygène aux anéantis. Ils le sont tant, anéantis, que seuls dix pour cent des victimes accèdent à cette thérapie.

Deuxième étape : la réforme Blazy sur les honoraires. La médecine générale, qui s'est coupée des classes moyennes et défavorisées sur une jalousie "de temps" voit qu'une opportunité insolente s'ouvre aux seuls spécialistes qui soigneront leur temps en soignant leur argent.

Comme aux USA où les classes moyennes s'évaporent, aux profits des quelques plus riches, et à la croissance en pourcentage des devenus plus pauvres, comme dans le tour de France où le peloton de tête caracole à l'aide de dopages inhabituels, la population généraliste ressent que le seul moyen de ne pas décrocher du peloton de tête médical est de redoubler de labeur. Cela s'appelle une nouvelle provocation. Nouvelle ouverture de la première plaie, désormais béante à tous les excès, et nouvelle blessure sur la distance inconsolable prise avec les coureurs de l'avant.

Maintien de la haîne envers les privilèges du pauvre à gagner peu en travaillant peu. Et reconduction de l'injustice envers celui que l'on ressent riche,et surtout en moins d'heures, beaucoup moins d'heures, le spé et sa capacité à "dépasser" si applaudie par le public.

Dans les facultés, personne ne ressent le besoin de s'inscrire à un Tour de France dont on n'est pas le spectateur flemmard au bord de route, ni non plus dans lequel, en tant que coureur, on aurait le droit de réclamer quelque datte, ou cocktail vitaminé, pour le seul avantage de supporter d'être sifflé.... ....... là où les stars ont le droit de tout s'injecter avant de recevoir le bouquet du vainqueur.

Aubry, Blazy. Les deux profanateurs de la médecine générale.

Dr Bruno Lopez - Fonsorbes


Derniére mise à jour : 28/08/06

Précédent Sommaire Accueil