Rechercher
Formation médicale continue
Divers

Evidence-blues médecine



Dix minutes

La vie de généraliste est une vie d'utilité à moitié vide ou de lassitude à moitié pleine.
Si l'on n'y prend garde, à repousser au lendemain matin la prise en charge des symptômes bénins, les trois quarts de ceux dont on a repoussé l'accès à "un peu plus tard' rappellent (parfois) pour s'excuser : "le mal est passé du jour au lendemain". Alors on annule, et l'on ressent la terrible confirmation de ce que nous sommes, condamnés à guérir vite les gens de maux aussi réversibles que remboursables ou à finir fauchés.
De l'autre coté, si l'on s'occupe de patients âgés, débilités, qui accomplissent le dernier round avec beaucoup de besoins, de nécessités d'écoute et de soins, les dix minutes manquent. Raccourcir en urgence de dix minutes un "nez qui coule de cadre moyen" (voulant passer une bonne nuit) , ne plus pouvoir améliorer, ne serait-ce que de ces dix mêmes minutes, la fin de vie de ceux qui ne comptent plus, et qui ne financent plus la course aux soins inutiles.
Tout cela vous va deux minutes, ou ne vous va plus, un jour. Mais ça nous fait une profession d'aigris, annonciatrice de la pénurie qu'on mérite.

Dr Bruno Lopez - Fonsorbes


Derniére mise à jour : 20/05/06

Précédent Sommaire Accueil