Rechercher
Formation médicale continue
Divers

Evidence-blues médecine



L'avez vous essayé ?

Une patiente a bien du mal à se sevrer des hypnotiques. Epileptique jusqu'aux dents, elle m'oppose l'idée que, selon son neurologue, insomnie égale crise, donc somnifères égalent pas de crise.
Elle est nouvelle patiente, et j'ai concédé par deux fois une visite à domicile. Ce soir, à l'occasion de cette deuxième concession à domicile, je croise son fils. Nous nous serrons la main, et je lui explique mon propos, de sevrer sa maman en diazépines. Très vite, il m'explique que "je ne sais pas ce que c'est" ( de voir sa mère la nuit tourner en furie ), et que c'est lui "qui dose". Au bout de vingt minutes, il me lache que sa mère fait venir deux autres médecins à son domicile, et que, de guerre lasse, il slalome entre les pharmacies.

je conviens de ne pas faire de signalement à la caisse d'assurance-maladie, mais qu' hors sevrage , il n'y a point d'issue. Le fils me répond :" avez vous eu une mère qui vous hurle dessus toute une nuit ?" La mère me raccompagne : "le médicament que vous me donnez, l'avez-vous essayé ?"

Je réponds aux deux questions, et prétends auprès de mes deux interlocuteurs qu'il ne faut point ajouter au dévouement le sacrifice de soi, ni soustraire à la compétence le coefficient minoré de sa moindre souffrance.

Il n'empêche, sans la descente à domicile, j'en serais resté à cette même , confortable vision superficielle du neurologue sûr de son fait.

Mon ami dermatologue ce soir m'explique qu'il n'a jamais souscrit aux "journées mélanome", ces grandes messes recrutantes de la dermatologie en berne. Il n'y adhère point, car il soulève à juste titre le problème de l'usure, et de la lassitude, auprès des "taches" ( ou "tâches" ) uniformes. Engager dans de grands bains de foule le pronostic de mélanomes est pour lui une grande imposture. Effectivement, comme demander à un radiologue de faire "la journée du sein", et superviser deux cent calcifications plus ou moins bénignes à la file.

Géneraliste, dermato ou patient, la vraie problématique de la science arrogante est de ne point se mettre à la place des autres.
Soupçonner d'incompétence un généraliste voulant regarder aussi les peaux, faire avaler des gélules à ceux qu'on veut sevrer de leur misère sans qu'ils ne connaissent notre aptitude à le faire, tout cela me ramène à la question de cette femme hagarde :
"L'avez vous essayé ?" .

Dr Bruno Lopez - Fonsorbes


Derniére mise à jour : 16/01/06

Précédent Sommaire Accueil