Rechercher
Formation médicale continue
Divers

Evidence-blues médecine



Ou l'un, ou l'autre

"ça devient compliqué de trouver un docteur". Ce matin, premier reproche pour avoir dû refuser une visite à domicile.
L'enfant a huit ans, le père est au travail et est allé chercher sa propre mère, en pré-retraite, pour garder l'enfant. Je lui propose l'accès au cabinet, et lui suggère de voir si un autre docteur équipé d'une oreillette mobile et du don d'ubiquité peut faire mieux.
Il me rappelle dix minutes après. "on ne va pas chercher plus loin, ma femme ou moi, ou l'un ou l'autre vous l'amèneront à l'heure que vous pourrez".
C'est une amère victoire sur un monde de cons, de populations illégitimement remontées, cotisant par trois fois au triplet idiot l'essence, le pavillon de banlieue et les prélevements sur la santé. Ils ne s'y retrouvent pas et gavent le foie dépité d'un généraliste fatigué de mutiples griefs dont, enfin, il ne se sent pas responsable, pour pouvoir assumer sa propre survie.

La probabilité de flamboyance du raisonnement médical est de 99,9% . Si , par cas, le 0,01% d'incidence de syndrome méningé fulgurait l'enfant dans l'intervalle, un juge, nommé par la société des taxes pétrolières, foncières et sociales, tomberait de tout son aplomb sur le médecin réfractaire, en lui disant que , ou l'un, ou l'autre, il faut que quelqu'un paie.

Dr Bruno Lopez - Fonsorbes


Derniére mise à jour : 16/12/05

Précédent Sommaire Accueil