Rechercher
Formation médicale continue
Divers

Evidence-blues médecine



La case de l'oncle Tom

Merci Hélène, de rappeler ce matin que certains patients, et même les chiens, se trouvent mieux sous chondroitine sulfate, comme d'autres se prémunissent de la grippe en avalant tous les ans, et aussitôt, le coccinum au kilo.
Gérard ne méritait pas de s'en prendre plein la gueule en prophétisant que l'arrêt de commercialisation de biostim et autre ribomunyl entraineraient peut-être d'autres délires préventifs, par exemple des cures martiales itératives chez l'enfant , le fer étant encore remboursé .
Déjà aujourd'hui, même si les théoriciens rigoristes de Prescrire se félicitent d'avoir trucidé la lysopaïne, on verra surement les courbes de vente d'acide niflumique ou tiaprofénique remonter pour juguler les amygdales non placebo-soulagées.

Que doit rester le généraliste dans tout ça ? L'humble parmi les humbles. Ne pas brandir en permanence la gazette impeccable de Prescrire, ni la camisole chimico-cynique des revues gratuites. On peut se planter tous les jours avec monsieur Lesourd, comme on peut se gausser une fois par mois avec messieurs les imbus. Le burn out généraliste n'est pas forcément comme le dit René lié à l'excès de compassion des sacerdotaux. Il peut être lié au monothéisme aveuglant de l'arrogance généraliste.
Vouloir régenter le spécialiste est une vaste connerie. Vouloir par un pêché d'orgueil réguler les grands mouvements médicamenteux en est une autre. Nous ne sommes pas experts parmi des experts. Nous pouvons, et c'est notre noblesse, être les humbles experts des experts. Il ne s'agit point de se croire inférieur aux obscurologues, qui chaque jour complexifient leur science étroite et hermétique. Il importe de leur dire que ce n'est point parce que la chose est délicate que nous ne pouvons point nous y interesser.

Il ne s'agit pas de montrer à nos malades notre savoir faire qui n'a rien à voir avec celui de l'expert en telle ou telle science, comme il est très présomptueux de prétendre dominer, ou rivaliser encore dans des domaines où la vérité et le mensonge innovants se combinent chaque jour sans qu'on en voit le vrai ratio. Il s'agit de se lever le matin en se disant que la faculté nous a mal préparé à un métier infaisable et que , de notre case d'humble Tom, nous le faisons tant bien que mal, en balisant nos doutes d'expertises, et en "gâtant" nos patients d'avis qui, pour autant qu'ils ne changent pas toujours leur pronostic, peuvent quelquefois l'améliorer.

Dr Bruno Lopez - Fonsorbes


Derniére mise à jour : 28/09/05

Précédent Sommaire Accueil