Rechercher
Formation médicale continue
Divers

Actuvision généraliste


Égoïstement contre l'augmentation des tarifs médicaux

Étant en zone de désertification médicale, j'ai pour gros avantages de ne pas avoir de problèmes de fin de mois , d'avoir un superbe cabinet en semi rural, bien équipé, et pour gros inconvénients d'avoir de longues journées et ne pouvoir prendre que peu de vacances. Au final je n'ai pas le temps de chercher comment dépenser mes sous, alors les augmentations de revenus ..

La revalorisation des actes médicaux est donc pour moi synonyme d'augmentation d'impôts divers et rien de plus. Mais je n'ai pas pour autant envie d'échanger mon espace « vert » contre un "clapier" dans la capitale. Les impôts eux s'en satisfont, un médecin à 70 heures par semaine propriétaire de 120 m² pro à la campagne leur rapportent plus que deux médecins locataires d'un container amélioré en ville.


Sûr, ces médecins vont être un peu plus heureux : mieux payés, ils vont rester en zone surmédicalisée. Ils vont appliquer tous les nouveaux tarifs, ils en ont le temps: un nouveau né, une initiation de contraception, un cancer et un VIH nouveaux, c'est champagne à la fin de la semaine.
Le spectre de devoir dévisser leurs plaques pour s'installer en campagne, au milieu de nulle part, s'éloigne enfin. Leurs enfants n'iront pas à l'école en sabots, ils ne seront pas obligés d'aller à la messe tous les dimanches, le facteur ne passera pas une fois par semaine, ils ne seront pas obliger de grimper aux arbres pour capter le réseau téléphonique. Vive les spectacles et les expositions.
Il y en a même qui vont pouvoir s'acheter un 4x4 à crédit pour monter sur les trottoirs.


Pour moi le rêve de voir un médecin citadin anémique venir s'installer à la campagne avec sa petite famille s'éloigne. Les collègues s'en vont les uns après les autres, en retraite, et ceux qui restent font souvent du mi-temps à 44 heures par semaine. J'éponge ce que je peux avec mon plein temps à 70 heures. De fait, à un ou deux kilomètres près, nous ne sommes même pas considérés en zone de désertification, mais c'est tout comme .

J'ai bien pensé dévisser ma plaque pour m'installer en zone de désertification, un peu plus loin, j'aurai eu des aides, un cabinet tout neuf, la sécurité sociale m'aurait versé des sous en plus pour chaque consultation et grâce à ces primes, j'aurai pu travailler moins et gagner autant. Mais bon, à mon âge, quand on déménage c'est plutôt du chapeau.


Nos hommes politiques ont une curieuse logique. Personnellement, si je devais inciter les médecins à travailler plus ou ailleurs, je donnerai des primes à ceux qui bossent le plus, pas à ceux qui bossent le moins : Vous avez 3000 patients « médecin traitant » : bonus 20%, vous avez 1000 patients « médecin traitant »:pas de bonus. Il y a 5 habitants au kilomètre carré sur votre secteur : bonus 30%, il y en à 10000 au kilomètre carré, pas de bonus. Logique !

Et si un jeune collègue vient s'installer près de chez moi pour me piquer mes patients, et bien tant mieux, c'est le but.


Dr Jean-Paul Gervaisot

Laisser un commentaire à l'auteur


Derniére mise à jour : 26/10/17

RSS RSS
Précédent Sommaire Accueil