Rechercher
Formation médicale continue
Divers

Actuvision généraliste


Le futur Grand (mauvais) Paris.

Dans notre vie de médecin généraliste, l'année médicale commençait avec l'année scolaire, les certificats de sport, puis les vaccins de la grippe et les viroses en hiver, les allergies au printemps, enfin on arrivait en juin: un peu de calme.

Depuis quelques années, ça n'est plus vrai : l'été revient, ça retousse. Je ne parle pas pour les champenois, je parle pour les franciliens, les parisiens, j'en soigne toute la journée, les pauvres. Fini la trêve d'été, quand je triais tranquillement mes dossiers entre deux consultations et un tour dans le jardin. L'été maintenant en île de France, ça tousse, ça asthme, ça conjonctive, ça morve. A vos souhaits..

Alors comme si ça ne suffisait pas, les politiques ont inventé le grand Paris. Depuis qu'ils reconnaissent l 'égalité des sexes, l'homosexualité, et que Paris attire de plus en plus de monde, ils ont décidé d?agrandir le trou du cul du monde, ça ne va pas sentir bon. Il va falloir accueillir tous les français : les provinciaux qui viennent chercher du travail à la capitale, et les entreprises qui quittent la province pour venir chercher des travailleurs en banlieue.
35 kilomètres de la capitale, une heure et demi de transport aller aujourd'hui, deux heures et demi demain, virus, odeurs d'égouts et gaz d'épanchement dans le métro, gaz d'échappement dans les bouchons, vous avez le choix du gaz.

Pour comparaison, dans le Grand Troyes, lorsqu'on on parle de bouchon ou d?embouteillage, on pense « champagne » ou « cidre » et on va faire un tour en ville . Quant aux odeurs, effectivement, jusqu'au 19ème siècle, ça devait sentir mauvais.

Économiquement, le Grand Paris reste une sacré pari économique pour l'avenir. Les laboratoires pharmaceutiques y voient un magnifique marché, les nouveaux B+ et atropiniques fleurissent, on prépare de nouveaux anticancéreux hors de prix. Bouffe rapide, obésité, épuisement, dépressions, BPCO, autant d'éléments qui vont réduire l?espérance de vie des franciliens, soit un bon tiers des français, on va faire des économies sur les retraites.

Une solution ? pensez vous ! : fuir en Champagne méridionale, vers les grands lacs, les forêts ; les couleurs, l'art à chaque coin de rue. Et bien non, tout a été prévu, l'autoroute A5 est tellement difficile d?accès pour les franciliens que lorsque vous êtes dessus, vous avez l'impression qu'elle a été construite pour juste vous. Les trains sont surchargés, la SNCF prévoyait l'an dernier d'en réduire le nombre ; de plus la ligne n'est pas électrifiée histoire de polluer un peu les zones saines, admettez, c'est « petit ». Quant aux TGV, ils ne relient que les villes à fort taux de gaz toxiques à respirer, ça ne concerne ni l'Aube ni la Haute Marne.

Collègues parisiens, on sait que vous avez le sens du sacrifice, que vous êtes attachés à vos facs, à vos maîtres, à vos visites en métro, à votre petit café trottoir avec un nuage de fuel, mais sauvez-vous, il y a encore de la place et un peu de monde en province.

Dr Jean-Paul Gervaisot

Laisser un commentaire à l'auteur


Derniére mise à jour : 18/07/16

RSS RSS
Précédent Sommaire Accueil