Rechercher
Formation médicale continue
Divers

Actuvision généraliste


Terrorisme ou Psychopathe, le choix des mots.

Cette semaine à Troyes Candide, une jeune fille, a été assassinée par un psychopathe. Cela s'est passé la nuit au sortir d'une boite de nuit, un inconnu l'aurait frappée et étranglée pour une cigarette refusée.
La ville invite plutôt à la paix et à la tranquillité: au jour de l'an, la police n'a pas fait une sortie. La mort de Candide nous rappelle que l'impensable existe. Les psychopathes en sont de funestes fournisseurs.
Bataclan, Manchester, Londres, Nice, c'est pareil. Mêmes personnages, sans empathie, violents, théâtrales, pervers, avec un ego surdimensionné. « Psychopathe » est la seule définition adaptée. Tous les autres termes pour les désigner sont inadaptés et à double tranchant : Il y a des gens qui rêvent d'être terroristes ou richissimes escrocs, personne ne rêve d'être psychopathe.



L'histoire des psychopathes et la fascination qu'elle exerce n'est pas récente. Il y a 1200 naissait prés de Troyes Hastings « le viking », un individu déclaré fléau de Dieu à l'image d'Attila. Une grande partie de ses méfaits ont été repris dans une série cinématographique, les attribuant à un héros scandinave légendaire : Ragnar, autre chef viking un peu moins « performant » dans l'horreur.
Mettre en scène la psychopathie est plus facile que mettre en scène la normalité, mais attention à ne pas créer des vocations, il faut aussi y ajouter une part d'irréel comme dans les contes.

L'occident a déjà eu l'occasion de réfléchir au problème et de tester des solutions : En 1096, débutait en territoire franc la première croisade. Les volontaires partaient pour se faire pardonner leurs méfaits. En effet l'Europe était parsemée de petits seigneurs qui entretenaient des bandes armées, ils rançonnaient, assassinaient, usaient et abusaient de leur statut. L'église leur proposa donc de se racheter en partant sauver le tombeau du Christ. L'appât d'un gain facile et la bénédiction papale permirent de déplacer tous ces psychopathes vers l'Orient et de laver nos campagnes de ces indésirables. Cette première croisade fut à la hauteur de ses recrues : massacres, pillages, cannibalisme, les croisés s'appliquèrent autant sur les musulmans que sur les chrétiens.
Pourtant l'histoire des croisades, telle qu'elle m'a été enseignée il y a fort longtemps, faisaient état de malheureux fidèles massacrés par d'ignobles sarrasins , et de preux chevaliers montant à leurs secours et allant délivrer le tombeau du Christ des infidèles.
Malheureusement pour les victimes, les règles de la chevalerie apparurent sous la plume de Chrétien de Troyes à la cour de Champagne après le 2ème croisade.

L'histoire de toutes les nations est parsemé de psychopathes et d'individus aux comportements psychopathiques parfois érigés au statut de héros nationaux. Certains gestes permettent aux personnalités les plus nocives de justifier des actes les plus sordides par l?accès à la reconnaissance et au pardon.
Le qualificatif de « terroriste » est une forme de reconnaissance, pas celui de « psychopathe ».

Quant on écrit pour être lu par les autres, il ne faut pas se tromper de mot.

Dr Jean-Paul Gervaisot

Laisser un commentaire à l'auteur


Derniére mise à jour : 27/05/17

RSS RSS
Précédent Sommaire Accueil