Rechercher
Formation médicale continue
Divers

Actuvision généraliste


8100 morts depuis le début de l'épidémie. Et si on pouvait calculer la part imputable à la carence en médecins ?

8100 morts, chiffre de la semaine, c'est la surmortalité rapportée aux pathologies hivernales et non exclusivement à la grippe (virus respiratoires syncytial (VRS), rhinovirus (HRV) Metapneumovirus (hMPV) depuis le début de l'épidémie grippale.

Avec ce chiffre et le bémol qui suit, on s'aperçoit finalement que toute la France ressemble au village gaulois évoqué lors de l'article du 14/01/2017. Vient renforcer cette idée le fait que statistiquement nous ne serions toujours pas au maximum de l'épidémie*.

La semaine dernière, comme les semaines précédentes, je n'ai vu qu?exceptionnellement plus d'un cas de grippe par jour, soit une grippe pour 40 ou 50 consultations (ou une grippe toutes les 12 heures environ).
Pour donc avoir vu quotidiennement de vraies grippes et beaucoup plus de syndromes pseudo grippaux imputables aux VRS, HRV et hMPV, il m?apparaît évident que cette grippe 2017 est autrement plus toxique et potentiellement plus létale que ces petits cousins viraux omniprésents dans nos salles d'attente. Mais cette grippe ne me semble pas exceptionnelle, j'ai vu des grippes bien pires du temps où il y avait suffisamment de médecins en ville comme à l'hôpital. A l'époque, les instituts ne chiffraient pas le nombre de décès, ou ne communiquaient pas sur le sujet.

Dommage car ces chiffres auraient permis de connaître la part de surmortalité liée à la carence en soignants, tant libéraux ou qu'hospitaliers.





*Avec un peu de chance, le schéma épidémique classique pourrait ne pas s'appliquer cette année, et la grippe s'évanouir avec les vacances de février.

Dr Jean-Paul Gervaisot

Laisser un commentaire à l'auteur


Derniére mise à jour : 29/01/17

RSS RSS
Précédent Sommaire Accueil