Rechercher
Formation médicale continue
Divers

Actuvision généraliste


Grippe où es-tu ?

La grippe fait depuis quelques semaines la une de l'information, tout le territoire est touché, les cas de grippe et les décès s'accumulent. Les hôpitaux sont débordés et le ministre félicite des médecins du secteur public pour leur dévouement. Une épidémie de légion d'honneur est à espérer.
Les médecins du secteur privé semblent oubliés dans l'affaire. La grippe ne sévit pas en ville, elle ne sévit qu'à l'hôpital public.
Effectivement dans mon coin, on ne peut pas dire que la grippe soit omniprésente, je vois environ un cas pour 50 consultations depuis 2 semaines, avant  pas de cas de grippe . Ma remplaçante qui office sur plusieurs cabinets médicaux a fait le même constat.
L'incitation à la vaccination bat son plein. J'y participe ardemment, mes patients me répondent avec beaucoup de bon sens : « pourquoi docteur ? C'est trop tard, ça fait 1 mois que ça dure, il faut 15 jours à la vaccination pour être efficace !
Que leur répondre : « non, nous sommes le seul village gaulois qui résiste encore à l'épidémie, je vois un cas de grippe toutes les 50 consultations, les restes c'est une pharyngite fébrile qui dure 3 jours et des gastro fébriles qui durent 2 jours. Et ça, j'en vois 20 ou 30 par jour !

Mystère donc et curiosité scientifique oblige, je vais voir de quoi parlent les sites de veille sanitaire. Ils parlent de syndromes grippaux, pas de grippes avérées.
Les patients font-ils l'objet d'une confirmation sérologique ?, si « oui » lesquels et dans quelle proportion ! Important comme question car si on incluse dans les syndrome grippaux tous les gugusses qui ont de la fièvre, mal à la gorge, qui toussent, ou qui ont des douleurs musculaires, on n'a pas forcément affaire à d'authentiques grippes et ça fait beaucoup de cas étiqueté à tort de « grippe ». S'il a été fait de sérologie grippale après 5 ou 6 jours de fièvre et de myalgies et qu'il n'ait été retenu que les positifs comme « grippe », ça fait beaucoup moins de monde et les résultats sont fiables. Rien ne laisse supposer que les professionnels de ces sites aient usé du deuxième cas de figure pour parler de grippe.
Cet aspect comptable assez trouble mériterait d'être détaillé.
Concernant les décès dont fait état la presse, il serait intéressant de savoir si les virus grippaux de cette année sont plus meurtriers que les autres années ou si nous sommes dans la sinistre moyenne annuelle de mortalité grippale et post grippale.

Quotidiennement dans mon village gaulois, mes patients arrivant au cabinet en revendiquant une grippe s'entendent dire la plupart du temps : « ben non c'est pas la grippe, on voit que vous n'avez jamais eu la grippe : c'est autre chose : 39 ou 40 de fièvre et mal partout pendant une semaine ! . Si vous trouvez que votre mal de gorge et votre fièvre à 10 balles c'est déjà l'enfer, il n'est pas trop tard pour vous vacciner de la grippe».
Les quelques patients ayant déjà eu la grippe me le disent : « C'est pas la grippe, je sais ce que c'est ! ».

Alors grippes ou syndrome Tartempion, mystère toujours, j'aimerais être aux urgences publiques pour voir ce que l'on étiquette « syndrome grippale ».

Aujourd'hui les gens font autant confiance aux personnalités politiques qu'aux vaccins. Ils se vaccinent de moins en moins, et il y a un lien de cause à effet, ils n'ont retenu de la vaccination de la grippe H1N1 de 2009 que la vingtaine de cas de myasthénie, les 312 décès liés directement au virus et la surmortalité qui s'en est suivie chez les sujets fragiles  n'a pas été chiffrées ! L'an dernier cette surmortalité a été évaluée à 18000 décès. On peut considérer sans trop se mouiller qu'en terme de prévention la médiatisation est de qualité médiocre voire perverse et la voix politique qui l'accompagne est délétère.
Comment donc, à notre niveau de médecin généraliste, arriver à motiver les gens à se vacciner quand ils vous disent « J'ai déjà eu ça, j'ai été aux urgences, ils m'ont dit que c'était la grippe, deux jours d'antibiotiques, même pas mal ! Je préfère attraper la grippe. Et vous pensez pas que c'est dangereux de se faire vacciner ?»

Et oui, on en est là :
les fumeurs préfèrent le risque de SDRA grippale mortel à la myasthénie post vaccinale pourtant exceptionnelle, et ils continuent à fumer parce qu'ils ont lu sur leur Ipad qu'au fin fond du Mexique, un gars s'est brûlé la cuisse avec sa cigarette électronique. Je ne suis pas certain pourtant qu'ils aiment vivre dangereusement.
Le personnel soignant ou accompagnant est tenu de se vacciner contre l'hépatite B mais pas contre la grippe. Pourquoi : logique, humeur Étatique, le dernier qui conseille a raison  ?
Notre ministre (ou plutôt leur ministre) félicite le personnel du secteur public mais pas le secteur privé, pourquoi, ça ne vaut pas de coup, ils ne sont plus assez nombreux, il y a pas la grippe en dehors de l'hôpital publique ?
Aucune campagne n'est faite pour promouvoir le port du masque de protection sanitaire pour les personnes contagieuses ou désireuses de se protéger, les conseillers sont formels : ça va pas avec la couleur de leurs chaussures. Et puis on ne sait jamais : mis devant les dents d'un sociopathe devenu barbu, les contrôles policiers risquent d'être compliqués, je compatis.

Dr Jean-Paul Gervaisot

Laisser un commentaire à l'auteur


Derniére mise à jour : 14/01/17

RSS RSS
Précédent Sommaire Accueil