Rechercher
Formation médicale continue
Divers

Actuvision généraliste


L'ADRi nouveau cheval de Troie du projet tiers payant, Charité bien ordonnée commence par soi-même.

La CPAM vient de faire un routage vers tous les médecins pour les inciter à se mettre à l'ADRi,(Acquisition des droits intégrés), nouveau super prologiciel sensé favoriser la lecture des cartes vitales et éviter les problèmes de remboursement tiers payant pour tous les médecins.
Ce prologiciel est un peu le sosie des fonctions du site Améli-pro.

Bénéficiant d'un logiciel supportant ce pro-logiciel, je n'ai pas résisté, j'ai testé pour vous.
Le principe est simple, je compare avec les services Améli pro que j'utilise déjà et je regarde ce qu'il apporte.

Je lance mon logiciel patient, accès par la lecture de la carte Vitale. Il me demande mon code Pro. Première remarque, il me ralentit l?accès au dossier puisqu'il va voir sur internet les droits du dit patient. Message d'erreur pour les éternelles caisses dernières de la classe, pas à jour, type caisses fonctionnaires, MSA ou étudiants. Première leçon, on a intérêt à l'ouvrir indépendamment du logiciel dossier (quand votre logiciel le permet) parce que ça rame.
Pour Ameli pro, l'ouverture est indépendante du logiciel patient, code Pro idem. Ça rame aussi. On le sait. A noter quant Améli est planté, (souvent à partir de vendredi soir), ADRi semble fonctionner.

ADRi nous demande ensuite de choisir le patient sur la carte et nous précise l'ouverture des droits pour ce patient. Rien de plus que Améli.
Concernant le médecin traitant, avec Améli vous voyez directement si vous êtes le médecin traitant ; Avec ADRi, on vous précise simplement qu'il y a un MT, pour savoir si c'est vous, il faut recommencer la man?uvre, ressaisir votre code à partir de la fonction IMDi, ramage bis de l'ordinateur, et là oh surprise, on vous donne le nom de MT même si c'est pas vous ! Totalement indiscret et sans l'avis du patient. Zéro/20 et au piquet au fond de la classe avec un bonnet d'âne pour celui qui a eu l'idée.

Si vous voulez faire un arrêt de travail dématérialisé, il faut aller sur Améli car c'est pas possible dans ADRi . Grosse perte de temps à aller sur ADRi si il y a un probable arrêt de travail, allez directement sur Améli ou faite le sur papier. Idem pour les protocoles de soins dématérialisés.

ADRi s'avère être aussi un outil pro-tiers payant qui semble oublier qu'il pourrait apporter quelques aides au médecin. Pourquoi : vous allez vous apercevoir en faisant votre FSE que le tiers payant est appliqué d'office pour les ALD et les CMU. Si vous n'êtes pas d'accord, il faut décocher. Quel intérêt de décocher : l?État veut un médecin traitant, il serait logique que le tiers payant ne soit pas applicable si un autre médecin est consulté, sinon la contrainte MT n'existe plus. Beaucoup de gens à la CMU fonctionnent sans véritable MT, donc sans dossier médical suivi, on va à l'encontre de l?intérêt du projet, et toutes les dérives sont possibles (stupéfiants somnifères, médicaments du voisin), d'autant que ADRi ne permet pas non plus de vérifier les prescriptions antérieures. Nulle, ou comment se tirer une balle dans pied quant on veut faire des économies sur le gaspillage et le détournement.

Cette pré-programmation ouvre tout de même une petite lueur d'espoir : Peut-être que tout est pré-programmé ? Je décide pour la même carte vital d'aller sur le dossier d'un nourrisson. Surprise, si on est déjà sur la FSE d'un parent, il faut recommencer toutes les man?uvres, on quitte le dossier de la mère, il faut relire la carte, attendre qu'elle vérifie si les droits sont à jour et choisir le dossier nourrisson. On est plus à cela prés, ça re-rame. Sur Améli, on n'a pas à ressortir, ça va beaucoup plus vite, détail ; Mais revenons la pré-programmation, étant sur un dossier nourrisson, la FSE devrait nous en imposer les cotations, et bien non, il faut entrer le C puis le MNO. Visiblement la programmation sélectionne uniquement l'application du texte de loi, le confort des médecins oublié ! (ou on s'en fout)
Peut être que pour les accidents de travail, il nous serait proposé C + certificat, je vérifie, on peut rêver.. on a rêvé, y-a-pas.

Dernière perspective de la pré-programmation, peut-être la sécurisation de la FSE nous dispensera-t-elle de valider MT si on est le MT, et ne nous proposera d'autres alternatives que si on n'est pas le MT. Vous avez tous deviné la réponse, né-ni, le médecin doit tout faire.

Autre service proposé, les FSE en mode dégradé pour les retours NOEMIE des FSE avec erreur *, et pour les gens sans carte vitale. Il est présenté comme la panacée; A l'usage, c'est toute une série de man?uvres avec obligation de remplir le dossier FSE patient et d'envoyer ensuite par la poste les bordereaux de facturation et de lot sous 48 heures.
L'ancienne solution consistait à envoyer une feuille de maladie à la caisse en CMU quant on avait le temps, c'est à dire le dimanche matin...

Autre faux avantage du système, c'est le contrôle des droits que l'on a aussi sur NOEMIE, sauf que... l'ouverture des droits étant contrôlé par mes soins,la FSE ne sera pas rejetée et contrôlée au niveau sécu, pas de retour NOEMIE. Devinez qui est gagnant, pas nous bien sûr!, pas le personnel sécu non plus, le DRH va pouvoir faire du ménage dans le service NOEMIE.

Perle sur le gâteau, les vendeurs de pro logiciel font payer ce service (et en font la promotion avec la CPAM !).


*Principal motif des retours des FSE: pas de MT, dans la principale cause est le non transfert de données en caisses lors des changement de statut professionnelle : l'empire des nuls.

Dr Jean-Paul Gervaisot

Laisser un commentaire à l'auteur


Derniére mise à jour : 27/10/16

RSS RSS
Précédent Sommaire Accueil