Rechercher
Formation médicale continue
Profession
Divers
Rechercher

Mentions légales

Actualités et Revue de presse




Syndrome du sinus malade ( SSM ).

Définition: Dysfonctionement du noeud sinusal comme entraineur du rythme cardiaque.Celui-ci ne répond plus à la demande physiologique.

Se rencontre à tout âge, y compris chez le nouveau-né, mais l'âge moyen de survenue est de 68 ans, sans prédominance selon le sexe. Atteint un cardiaque sur 600 cardiaques âgés de 65 ans ou plus. Aux USA, plus de la moitié des pace-makers sont implantés pour un SSM.

Etiologie: idiopathique dans la majorité des cas: il y a une fibrose du noeud de Keith et Flack dont l'origine est probablement multifactorielle. Dans un nombre significatif de cas, coexistence d'une coronarite mais on ne la considère pas comme une cause majeure. On peut observer un SSM passager à la suite d'un infarctus du myocarde. D'autres étiologies sont plus rares, mais très diverses: amyloidose, collagénose, hémochromatose...etc.

Clinique: souvent asymptomatique, ou bien symptômes discrets ou trompeurs du fait de leur banalité: palpitations, fatigue, épisodes de dyspnée, difficultés de mémoire orientant vers un début de démence sénile, étourdissements, syncopes...Ces symptômes s'expliquent par un débit cardiaque insuffisant lié à une brady ou une tachyarythmie: la perfusion cérébrale devient insuffisante. Les troubles du rythme peuvent induire un thrombo-embolisme.

ECG: diversité des tracés. Brady-arythmies, tachy-arythmies atriales, quelquefois en alternance, bradycardie avec ou sans échappement jonctionnel, bloc sino-atrial, bradycardie atriale ectopique, flutter, fibrillation auriculaire avec réponse ventriculaire lente. 60% des patients ont une tachyarythmie.

Diagnostic: parfois difficile car les symptômes peuvent être variables, intermittents, peu spécifiques et difficiles à associer aux perturbations ECG. De plus, il n'y a pas de méthode absolue pour différencier les patients en fibrillation par SSM des patients en fibrillation dont le noeud sinusal fonctionne normalement. La distinction est importante: traiter une fibrillation par cardioversion ou certaines drogues peut avoir des conséquences désastreuses sur un SSM. Certains médicaments cardio-actifs ( digoxine, quinidine, procainamide...) peuvent provoquer un arrêt sinusal ou un bloc sino-atrial en cas de SSM.

La meilleure méthode de diagnostic est le monitoring par Holter sur 24 heures, pendant lesquelles le patient tient un compte-rendu précis de ses activités et d'éventuels symptômes: ainsi peut-on les corréler aux modifications ECG.

D'autres méthodes ne doivent se faire que sous contrôle ECG: réponse cardiaque à la manoeuvre de Valsalva, au massage carotidien, test d'effort.

Traitement et pronostic: le traitement de choix est la pose d'un stimulateur atrial ou à double chambre: il agit efficacement sur les symptômes, diminue l'incidence de la fibrillation atriale, des accidents thrombo-emboliques, de l'insuffisance cardiaque et la mortalité. Les stimulateurs ventriculaires ne donnent pas d'aussi bons résultats.

Traduit de l'anglais par le Dr André Figueredo - Source: the American Family Physician du 15/04/2003.

Pour en savoir plus : http://www.aafp.org/afp/20030415/1725.html


Derniére mise à jour : 30/04/03

Précédent Sommaire Accueil